La mort ne s'affronte pas ...!

La mort ne s'affronte pas ...!

...La thèse que nous soutenons dans cet ouvrage, à partir de notre clinique quotidienne auprès de patients gravement malade et/ou en fin de vie, est de dire que la mort ne s’affronte pas. Cette...

Lire la suite keyboard_arrow_right

Auteur(s) Jérôme Alric, Jean-Pierre Bénézech
Éditeur SAURAMPS MEDICAL
Date 27/04/2011
Pages 143
Taille 21,0 x 15,0
Type Broché
ISBN 9782840237266

Description détaillée : La mort ne s'affronte pas ...!

...La thèse que nous soutenons dans cet ouvrage, à partir de notre clinique quotidienne auprès de patients gravement malade et/ou en fin de vie, est de dire que la mort ne s’affronte pas. Cette réflexion, arrimée au sensible de la rencontre clinique, ne se veut ni un guide de bonnes pratiques, ni un repère éthique à mettre en acte. Nous voudrions ici simplement témoigner de ce fait que la souffrance à proximité de la mort doit être appréhendée dans une grande complexité qui n’est que le reflet de la complexité de la vie psychique dans son rapport à la mort. Même en fin de vie, les apparences sont bien souvent trompeuses. En effet, au-delà de ce qui est donné à voir dans des attitudes raisonnables et résignées, il est un niveau émotionnel qui obéit à des coordonnées plus intimes, plus sensibles qui font appel aux dimensions de l’archaïque, du pulsionnel, de l’irraisonnable, de l’irrationnel… bref, qui renvoie directement à l’infantile en nous, encore bien vivant... Quel est le sens premier du verbe affronter ? Non pas la signification résiduelle du mot, retrouvée dans les dictionnaires actuels, qui retient « braver la mort » comme un synonyme d’affronter la mort. Braver n’est pas si éloigné de défier, sorte de fanfaronnade où l’adversaire est pris à témoin de son incapacité à nous atteindre, dans un jeu oublieux du réel. Affronter, c’est mettre de niveau et bout à bout (par exemple, en menuiserie, deux morceaux de bois). Front contre front, dans une rencontre singulière et en statut d’égalité ; comme les lions s’affrontent en combat ; yeux dans les yeux. Se dessine ainsi la première difficulté de l’expression, l’absence d’égalité entre les deux protagonistes : un humain et la mort… Affronter la mort, ce serait, difficulté tout aussi inacceptable, regarder le néant en face, le rien, la disparition intégrale de nous-même, l’absence de projection vers l’à-venir…Car ce sont bien des médiations humaines qui nous font voir la mort sous une autre perspective que la décomposition d’un cadavre. Peut-être peut-elle s’envisager ainsi pour d’autres.., lointains.., à la rigueur…mais celle de nos proches… et la nôtre… Heureusement que des représentations multiples viennent remplir ce vide et que nous pensons pouvoir traverser cette mort et ne pas nous y engloutir entièrement. Ou bien, dans une attitude de vie différente, nous accrochons-nous à nos perspectives terrestres, dans la peur de les perdre à tout jamais....

Extrait de la préface

" Jérôme Alric, de sa place de psychanalyste, qui ne fait pas de la psychologie au rabais, de la psychologie sanitaire, séculaire et laïque et Jean-Pierre Bénezech, de sa place de médecin, humaniste, ouvert, philosophe à ses heures, nous montre dans ce livre que cet affront peut être lavé. Il ne s’agit pas d’une alliance affectée entre « Psy » et « Spi » - pour dire la dimension spirituelle et éthique de certains des textes de J.-P. Bénezech – qui feraient mission d’œuvrer au soulagement des corps et des âmes, le psy pour l’angoisse, le médecin pour les thérapeutiques, la lutte contre la douleur,... Nul besoins spirituels ou psychologiques ici à énoncer, prendre en compte, assurer. Nuls outils à disposition, distinct de l’effet même de la rencontre avec l’autre, si semblable et si différent, au début de toute vie, en son devenir et à son dernier souffle.

Et la parole, toujours, pour dire que la vie est là, que personne n’y renonce comme ça, que l’on ne peut s’éduquer à renoncer à être vivant, que ça s’appelle le désir et que comme la mort, ça ne meurt jamais vraiment." 

Patrick Ben Soussan - Pédopsychiatre, Responsable du Département de Psychologie   Clinique, Institut Paoli-Calmettes, Centre Régional de Lutte contre le Cancer  Provence-Alpes-Côte d’Azur,  Marseille.

Table des Matières

Préface Patrick Ben Soussan - Introduction Jérôme Alric, Jean-Pierre Bénézech - L’accompagnement psychanalytique de la fin de vie : une éthique du non-savoir Jérôme Alric Le pronostic est-il éthique ? - Jean-Pierre Bénézech L’appel à l’éternité dans la vie psychique - Jérôme Alric Même petite, que s’ouvre une fenêtre - Jean-Pierre Bénézech «Je veux rentrer chez moi». Lecture psychanalytique - Jérôme Alric Les Autres, la foi ou le déni - Jean-Pierre Bénézech - A propos du deuil de soi-même Jérôme Alric - Vouloir mourir - Jean-Pierre Bénézech - Du désir de hâter la mort - Jean-Pierre Bénézech

Sommaire : La mort ne s'affronte pas ...!

Préface Patrick Ben Soussan - Introduction Jérôme Alric, Jean-Pierre Bénézech - L'accompagnement psychanalytique de la fin de vie : une éthique du non-savoir Jérôme Alric Le pronostic est-il éthique ? - Jean-Pierre Bénézech L'appel à l'éternité dans la vie psychique - Jérôme Alric Même petite, que s'ouvre une fenêtre - Jean-Pierre Bénézech «Je veux rentrer chez moi». Lecture psychanalytique - Jérôme Alric Les Autres, la foi ou le déni - Jean-Pierre Bénézech - A propos du deuil de soi-même Jérôme Alric - Vouloir mourir - Jean-Pierre Bénézech - Du désir de hâter la mort - Jean-Pierre Bénézech - Un nécessaire malentendu Jérôme Alric, Jean-Pierre Bénézech - Conclusion ou ne surtout pas résoudre le contradictoire Jérôme Alric Jean-Pierre Bénézech .
27,49 €

En stock

Expédition le jour-même si commande passée avant 15h30 (du lundi au vendredi hors jours fériés)

27,49 €

Bénéficiez de la remise de 5% en choisissant le retrait en magasin

 
Livraison à 0.01€ à partir de 35€

d'achats en France Métropolitaine

 
Satisfait ou remboursé

sous 14 jours ouvrés

 
Paiements sécurisés

3D Secure

 
Service client

Lundi au Vendredi : de 10h à 18h30
au 04 67 63 62 19 ou par email