La surface oculaire: Rapport SFO 2015

La surface oculaire: Rapport SFO 2015

La surface oculaire n'est ni une maladie, ni un syndrome, ni même une association de signes cliniques épars, mais en réalité un concept dont les fondements reposent sur les contextes anatomique et...

Lire la suite keyboard_arrow_right

Auteur(s) Pierre-Jean Pisella, Thanh Hoang-Xuan, Christophe Baudouin
Éditeur ELSEVIER-MASSON
Collection Rapport SFO
Date 06/05/2015
Pages 700
Taille 29,7 x 21,0
ISBN 9782294745638

Description détaillée : La surface oculaire: Rapport SFO 2015

Et pour cause ! La surface oculaire est un concept jeune. Il repose sur la réunion et la synthèse des connaissances portant sur la cornée, la conjonctive, les annexes environnantes avec leurs glandes, et surtout la pièce maîtresse de cette unité fonctionnelle, le film lacrymal [1]. C'est de la confrontation des données sur ces différents tissus, souvent analysés et décrits de façon indépendante, que la notion de coopération et d'unité au sein d'un même système est née, aboutissant au concept de surface oculaire. Partant du constat clinique que le patient vient non pas pour une « maladie de la surface oculaire », ni même pour un syndrome sec, une allergie, une infection ou une inflammation de son oeil, mais pour un oeil qui gratte, coule, brûle, pique, ou est rouge, l'ophtalmologiste est confronté à une pathologie non seulement extrêmement fréquente, mais de plus dont la caractéristique première est l'absence de spécificité des signes fonctionnels rapportés et des critères cliniques retrouvés lors de son examen. Ainsi, l'atteinte aiguë ou chronique de la surface oculaire représente près d'un quart des consultations journalières d'un ophtalmologiste quels que soient son lieu et son mode d'exercice. Les pathologies concernées sont dégénératives, immunologiques, allergiques, infectieuses ou toxiques, pour n'en citer que les principales, et les portes d'entrée sont nombreuses dans un cercle vicieux qui illustre bien les caractères multifactoriels et non spécifiques des mécanismes sous-jacents [2]. Le lecteur trouvera donc la description d'une unité de lieu regroupant tous les constituants de la surface oculaire, avec ses limites comme l'endothélium cornéen qui n'y appartient déjà plus, et une unité d'action qui rassemble les pathologies portant atteinte à son intégrité. Seule l'unité de temps pourra être prise en défaut, la somme des connaissances présentées dans cet ouvrage étant le fruit d'années de recherche et de constatations cliniques. Dans chaque conquête, il y a des conquérants et des pionniers, et la surface oculaire n'échappe pas à la règle. Ainsi, aux O. Schirmer, H. SjCigren ou encore L. Jones ont succédé d'autres noms plus récents dans une liste heureusement non exhaustive des découvreurs et cliniciens. Mes deux co-rapporteurs doivent être cités plus particulièrement, car ils incarnent à eux seuls les précurseurs de la surface oculaire en France, en matière de film lacrymal, d'inflammation et de méthodes d'investigations pour le Professeur Christophe Baudouin, d'immunopathologie, de pathologies meibomiennes et allergiques pour le Professeur Thanh Hoang-Xuan. Depuis de nombreuses années, ils ont contribué à faire naître ce concept et j'ai eu le très grand privilège et l'immense plaisir de les réunir avec moi dans ce rapport pour délivrer un message clair, synthétique et accessible à tous les lecteurs. Qu'ils en soient ici remerciés. Sans eux, point de concept ou d'unité fonctionnelle ! point de Rapport ! Il faut aussi remercier la Société Française d'Ophtalmologie et son Conseil d'administration qui nous ont accordé leur confiance pour l'élaboration de cet ouvrage ainsi que, et peut-être même surtout, l'ensemble des rédacteurs qui ont accepté avec enthousiasme et motivation de donner de longues heures de travail pour contribuer à la qualité des textes et de l'iconographie. Je formule le voeu que cet ouvrage sur la surface oculaire puisse non seulement aider le clinicien chevronné dans sa pratique quotidienne, mais aussi susciter chez le plus jeune une vocation à approfondir ses connaissances ou à les défricher, dans un domaine passionnant où beaucoup reste à découvrir.

Sommaire : La surface oculaire: Rapport SFO 2015

Partie 1 - Les bases. Chap. 1 - Le concept de surface oculaire. Chap. 2 - Les explorations. Partie 2 - Les pathologies. Chap. 3 - L'oeil sec. Chap. 4 - Les dysfonctionnements meibomiens. Chap. 5 - L'allergie oculaire. Chap. 6 - Infection de la surface oculaire. Chap. 7 - Pathologies immunes conjonctivosclérales et apparentées. Chap. 8 - Ulcères et ulcérations cornéennes chroniques. Chap. 9 - Dégénérescences et dystrophies cornéennes. Chap. 10 - Lentilles de contact. Chap. 11 - Pathologies tumorales. Chap. 12 - Pathologies spécifiques. Partie 3 - Les thérapeutiques. Chap. 13 - Principes thérapeutiques : galénique. Chap. 14 - Substituts lacrymaux. Chap. 15 - Anti-allergiques. Chap. 16 - Anti-inflammatoires et immunosuppresseurs. Chap. 17 - Anti-infectieux. Chap. 18 - Membrane amniotique. Chap. 19 - Traitements particuliers. Chap. 20 - Traitement chirurgical. Partie 4 - Les indications thérapeutiques. Chap. 21 - Principes et indications thérapeutiques de la sécheresse oculaire Chap. 22 - Dysfonctionnements meibomiens. Chap. 23 - Allergies. Chap. 24 - Stratégies thérapeutiques des atteintes virales de la surface oculaire.

Auteur(s): La surface oculaire: Rapport SFO 2015

Pierre-Jean Pisella
Thanh Hoang-Xuan
265,40 €

Sur commande

Expédition sous 4 à 8 jours

265,40 €

Bénéficiez de la remise de 5% en choisissant le retrait en magasin

 
Livraison à 0.01€ à partir de 35€

d'achats en France Métropolitaine

 
Satisfait ou remboursé

sous 14 jours ouvrés

 
Paiements sécurisés

3D Secure

 
Service client

Lundi au Vendredi : de 10h à 18h30
au 04 67 63 62 19 ou par email